Consécration à la Miséricorde Divine

33 JOURS DE PRÉPARATION À LA CONSÉCRATION À L’ÉCOLE DE LA MISÉRICORDE DIVINE

Livre: Ephrem Tshibamfumu T., CONSÉCRATION À LA MISÉRICORDE DIVINE: 33 jours de préparation à la consécration à l’École de la Miséricorde DivineBuenasLetras, Madrid 2020, 328p.
ISBN : 978-84-120377-8-4 

 

INTRODUCTION

La miséricorde est l’un des attributs les plus caractéristiques de Dieu. C’est la façon dont il a voulu se faire connaître à Moïse : « Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité » (Ex 34 :6). C’est « l’acte ultime et suprême avec lequel Dieu vient nous rencontrer ». « À travers sa parole, ses gestes, et toute sa personne, Jésus de Nazareth révèle la miséricorde de Dieu » (François, Misericordiae vultus, 1).

 Ces paroles montrent que la miséricorde n’est pas un signe de faiblesse, mais l’expression de la toute-puissance de Dieu.

 En bref, la miséricorde de Dieu n’est pas une idée abstraite, mais une réalité concrète à travers laquelle il révèle son amour comme celui d’un père et d’une mère qui se laissent émouvoir au plus profond d’eux-mêmes par leur fils. (François, Misericordiae vultus, 6).

 Dieu ne limite pas sa miséricorde, il n’y a rien que son cœur ne puisse pardonner ; cependant, pour qu’il nous atteigne, il est nécessaire que nos cœurs soient déterminés à s’ouvrir à cette grâce avec la certitude totale de l’Amour de notre Père.

            La confiance est le fondement de la dévotion à la Miséricorde Divine, de sorte que les mots « Jésus, j’ai confiance en toi » accompagnent l’image comme ainsi démontrée par les paroles de Jésus à Sœur Faustina Kowalska : « Il y a un seul moyen de puiser des grâces de Ma Miséricorde : c’est la confiance ».

 Plus l’âme fait confiance, plus elle reçoit. (Miséricorde divine dans mon âme : le petit journal de sainte Faustine, 1578).  « Ton devoir est d’avoir une confiance entière en ma bonté, et mon devoir est de te donner tout ce dont tu as besoin. Je me rends moi-même dépendant de ta confiance. » (P. J.

548).

 La confiance est une option enracinée dans une foi vivante. La confiance signifie que nous acceptons de laisser Dieu être Dieu.

 Ces 33 jours de préparation à la consécration de nos cœurs à la miséricorde divine, cherchent à nous rendre plus conscients de l’amour de Dieu pour nous, à nous apprendre à faire moins confiance à nous-mêmes et à nos propres forces, chaque jour, mais à faire plus confiance en Dieu et en son amour omnipotent afin que nous puissions être nous-mêmes une image d’amour miséricordieux envers les autres.  Lorsque nous exerçons la docilité et l’abandon à la volonté de Dieu, fondée sur la foi et la confiance, nous laisserons Dieu agir dans nos vies, afin que dans nos cœurs règnent la sérénité, la joie et la paix de savoir que tous nous sommes à Lui.

 L’expérience de la grâce de la miséricorde de Dieu en nous doit être transformée en une impulsion de faire rayonner ce même amour pour le prochain d’abord par la charité en action, avec des œuvres de Miséricorde corporelles et spirituelles ; ensuite par la parole, apportant la Bonne Nouvelle de l’Évangile aux âmes et enfin par la prière, quand les deux premiers ne peuvent pas être exercés.

Le monde a besoin de miséricorde. Répondons à l’appel du Saint-Père qui nous dit : « aller à la rencontre de chacun en lui offrant la bonté et la tendresse de Dieu ! Qu’à tous, croyants ou loin de la foi, puisse parvenir le baume de la miséricorde comme signe du Règne de Dieu déjà présent au milieu de nous. » (Misericordiae vultus, 5).

MÉTHODOLOGIE

Le but des 33 jours est de préparer le cœur à la consécration. La consécration peut se faire à une date autre que celle suggérée. On peut donc commencer ce parcours n’importe quel jour.

 Pendant ces jours, il est recommandé d’écrire des idées dans un cahier (péchés, blessures, rancunes, douleurs…) afin de préparer une lettre à Jésus dans laquelle chacun exprime avec amour son désir de conversion le jour de la Consécration.

 Chaque jour, après avoir invoqué l’Esprit Saint, il y aura une prière tirée du journal de Sœur Faustine (P.J. 1751).  Partant de ce qui a été dit et cité par le P. Guillermo Serra, L.C, nous comprenons que, pour se consacrer à la Miséricorde Divine, le plus important est la préparation du cœur faite au cours des 33 jours et le désir de s’abandonner à la Miséricorde de Dieu.

 Pendant la préparation, au début de chaque leçon, nous utiliserons les réflexions du Père Guillermo Serra, L.C, traduites en français par moi-même.

 En plus de ces réflexions, nous proposons des éléments liés aux citations du petit Journal de Sainte Faustine (P.J.), quelques passages bibliques, textes de référence de notre Église Catholique (autres prières, méditation sur la passion du Christ, examen de conscience pour une bonne confession, etc.), prière du chapelet à la Miséricorde Divine, évaluation journalière, questions de réflexions, quelques orientations pratiques et une neuvaine (les neuf derniers jours de la formation).

 En effet, il sied de signaler dès le départ que : la structure de la préparation à l’École de la Miséricorde Divine est entièrement conforme au mode de vie du Groupe de Prière et d’Intercession des Témoins de la Miséricorde Divine et des militants pour le Triomphe du Cœur Immaculé de Marie (Refuge Sûr), en adaptant le schéma du P. Guillermo Serra, L.C., sous l’inspiration de notre Seigneur Jésus-Christ, Roi de Miséricorde.

  1. PRÉPARATION À LA CONSÉCRATION

La préparation à la Consécration à la Miséricorde Divine dure 33 jours. En ces 33 jours, nous pensons aux 33 années de vie de Jésus, qui est passé en faisant le bien. Jésus est mort, ressuscité, et il est vivant. Par conséquent, au cours de ces 33 jours, nous voulons être conscients que notre Seigneur Jésus-Christ vient à notre rencontre et nous invite à ouvrir notre cœur à la Miséricorde de Dieu. Cela exige de notre part la volonté de vivre au plus haut degré la pauvreté d’esprit avec laquelle Jésus, sur le Mont des Béatitudes, nous invite à le suivre.

 Notre Dieu ne regarde pas notre misère, il nous invite à grandir en confiance. Au cours de ces 33 jours à « l’École de la Miséricorde Divine », nous essayerons d’apprendre à aimer, à avoir confiance en Dieu et à nous ouvrir à la Miséricorde du Seigneur afin de parvenir à une charité parfaite, lorsque nos âmes atteindront la rencontre définitive avec Dieu, le jour où notre misère sera pleinement ouverte à la Miséricorde de Dieu.

  1. QUI PEUT SE CONSACRER À LA MISÉRICORDE DIVINE ?

La Miséricorde du Seigneur n’a pas de limites, elle n’exclut personne. Néanmoins nous retenons ce qui suit pour un consacré à la Miséricorde Divine :

  • Il ne peut pas être une personne vivant en union libre (mais nous conseillons toujours aux personnes qui sont dans cette condition d’en parler avec un prêtre afin d’avoir son autorisation et son orientation) ;

  Car cet état constitue un obstacle pour prendre part à la sainte communion. Mais, nous insistons une fois de plus que : La Miséricorde du Seigneur n’a pas de limites, elle n’exclut personne. D’où, il est important de savoir que les prêtres sont là pour nous aider et nous instruire au nom de notre Seigneur Jésus-Christ.

  • Dans certains endroits, il est conseillé aux personnes qui ne reçoivent pas la communion, de se consacrer avec la condition de faire toujours la communion spirituelle. Mais cette pratique ou cette exception, n’est pas d’application dans notre groupe de prière et d’intercession : Des Témoins de la Miséricorde Divine et des militants pour le Triomphe du Cœur Immaculé de Marie (Refuge Sûr). (Cependant, revoir ce qui est susdit).
    • Les mineurs peuvent être consacrés avec leurs parents, qui sont tenus de prendre soin de la foi de leurs enfants.
  • QUELLES SONT LES OBLIGATIONS DUNE ÂME CONSACRÉE À LA MISÉRICORDE DIVINE ? (CE QUI CARACTÉRISE LA

VIE DUNE ÂME CONSACRÉE À LA MISÉRICORDE DIVINE)

Selon notre mode de vie et suivant les conseils de notre Seigneur Jésus-Christ à Sainte Faustine, nous considérons quatre obligations essentielles à remplir par une âme consacrée à la Miséricorde Divine :

1. Vénérer avec une dévotion spéciale l’image miraculeuse de Jésus miséricordieux

 Notre Seigneur Jésus-Christ a dit à Sainte Faustine : « Peins un tableau selon le modèle que tu vois, avec l’inscription : Jésus, j’ai confiance en toi. Je désire que l’on vénère ce tableau d’abord dans votre chapelle, puis dans le monde entier. » […] « Je promets que l’âme qui vénère ce tableau ne sera pas perdu. Je lui promets aussi la victoire sur ses ennemis dès ici-bas, et particulièrement à l’heure de la mort. Je la défendrai moi-même comme Ma propre gloire. » (P.J.

47- 48).

  • Prière quotidienne du chapelet à la miséricorde divine +Promesse du Seigneur : « Les âmes qui réciteront ce chapelet seront enveloppées de ma miséricorde pendant leur vie et, plus particulièrement, à l’heure de la mort. » (P.J. 754).

  • Prière à l’heure de la miséricorde divine

 « Jésus m’a dit : « Je te rappelle, ma fille : chaque fois que tu entendras l’horloge sonner trois heures, plonge-toi toute entière dans ma miséricorde en l’adorant et en la glorifiant. Invoque sa toute-puissance pour le monde entier et, en particulier, pour les pauvres pécheurs, parce qu’à ce moment, elle est grande ouverte à toute (145) âme. À cette heure-là, tu peux tout obtenir pour toi et pour les autres. À cette heure-là, la grâce a été donnée au monde entier : la miséricorde l’a emporté sur la justice. Tâche, ma fille, de faire à cette heurelà le chemin de croix, dans la mesure où tes tâches te le permettent. Si tu ne peux pas faire le chemin de croix, entre au moins un moment dans la chapelle et vénère mon cœur plein de miséricorde, qui demeure dans le Très Saint Sacrement ; et, si tu ne peux pas entrer dans la chapelle, plonge-toi dans la prière, là où tu te trouves, ne serait-ce qu’un petit instant. J’exige que toute créature vénère ma miséricorde, toi en premier lieu, parce que je t’ai fait connaître ce mystère de la manière la plus profonde. » (P.J. 1572)

  • Propager la dévotion à la miséricorde divine

 [Promesse de notre Seigneur Jésus-Christ :] « Les âmes qui propagent la vénération de ma miséricorde, je les protège durant toute leur vie, comme une tendre mère [protège] son nourrisson, et, à l’heure de la mort, je ne serai pas pour elles un juge, mais le sauveur [21] miséricordieux. En cette heure décisive, l’âme n’a rien pour sa défense, hormis ma miséricorde ; heureuse l’âme qui, sa vie durant, s’est plongée dans la source de la miséricorde, parce que la justice ne l’atteindra pas. » (P. J. 1075)

 Lorsque nous avons pris la décision d’entrer à « l’École de la Miséricorde Divine », nous avons été conscients d’avoir commencé cette préparation tout en reconnaissant notre misère.

 Cependant, nous venons avec l’espérance toujours vivante d’entrer dans la terre promise de la miséricorde infinie du Seigneur.

 Par conséquent, nous savons bien que pendant cette préparation il y aura beaucoup de tentations et d’attaques de l’ennemi du Seigneur. Mais si nous voulons vaincre cet ennemi, nous sommes invités à nous tourner toujours vers notre directeur spirituel afin de vivre ce conseil de notre Seigneur Jésus-Christ à sainte Marie Faustine Kowalska :  Aujourd’hui, après la sainte communion, Jésus m’a de nouveau donné quelques instructions : « Premièrement : ne lutte pas seule contre la tentation, mais dévoile-la immédiatement à ton confesseur et la tentation perdra alors toute sa force. Deuxièmement : dans ces épreuves, ne perds pas ton calme, mais vis ma présence et prie ma Mère et les saints de te venir en aide. Troisièmement : aie la certitude que je te regarde et que je te soutiens. Quatrièmement : ne redoute ni les combats spirituels, ni les tentations, car je te soutiens pour peu que tu veuilles lutter. Sache que la victoire est toujours de ton côté. Cinquièmement : sache qu’en luttant avec courage, tu me rends une grande gloire et que tu amasses des mérites pour le ciel. La tentation te donne l’occasion de me montrer ta fidélité. (P.J. 1560).

 Et maintenant, je vais te dire ce qui est le plus important pour toi : une sincérité sans bornes envers ton directeur. Si tu ne profites pas de cette grâce selon [138] mes instructions, je te le reprendrai, et alors tu resteras seule avec toimême, et tous les tourments que tu connais reviendront. Il me déplaît que tu ne profites pas de l’occasion, quand tu peux le voir et t’entretenir avec lui. Sache que c’est une grande grâce de ma part de donner un directeur spirituel à une âme. Je n’accorde pas cette grâce à toutes les âmes, bien que beaucoup me la demande. Lorsque je t’ai donné ce directeur, je lui ai donné une nouvelle lumière pour qu’il soit facile de connaître ton âme et de la comprendre » … (P.J.

1561).


SIGNIFICATION DE LIMAGE MIRACULEUSE DE JÉSUS MISÉRICORDIEUX

(130) + Le mystère de l’âme. Vilnius 1934
Un jour, mon confesseur m’a enjoint de demander à Jésus ce que signifie les deux rayons qui figurent sur le tableau [113] et j’ai répondu : « Bien, je le demanderai au Seigneur. »
 Pendant que je priais, j’ai entendu intérieurement ces paroles : « Ces deux rayons indiquent le sang et l’eau. Le rayon translucide signifie l’eau, qui justifie les âmes ; le rayon rouge signifie le sang, qui est la vie des âmes …
 Ces deux rayons ont jailli des entrailles de ma Miséricorde lorsque mon cœur, agonissant sur la croix, a été ouvert par la lance.
 Ces rayons protègent les âmes de la colère de mon Père. Heureux celui qui vivra dans leur ombre, parce que la main juste de Dieu ne l’atteindra pas. Je désire que le premier dimanche après Pâques soit la fête de la Miséricorde. (P.J. 299).

Médalle officielle de la consécration à la Miséricorde Divine