Pour éviter certaines confusions, nous vous partageons ici un article intéressant qui vous permettra de faire une différence entre l’heure de la Miséricorde Divine et le chapelet à la Miséricorde Divine. 
 

L’Heure de la Miséricorde

 

La mort de Jésus sur la Croix qui est intervenue à trois heures de l’après-midi, est un temps privilégié de la Dévotion à la Miséricorde Divine. A cette heure nous nous transportons en esprit au pied de la croix pour implorer sa miséricorde pour nous et pour le monde entier, par les mérites de sa douloureuse Passion. Jésus dit à Soeur Faustine : A trois heures, implore ma miséricorde, particulièrement pour les pécheurs, et plonge-toi, même un court instant, dans ma Passion, en particulier dans mon abandon au moment de mon agonie (P. J. 1320). Disons tout de suite que la célébration de cette heure n’implique pas le besoin de prier pendant une heure entière, donc 60 minutes. Il s’agit d’honorer le moment-même de l’agonie du Christ sur la croix, de prier à trois heures de l’après-midi.

Le Seigneur Jésus n’a pas donné de formules de prière toutes prêtes pour 15 H 00. Ecoutons-le parler à Soeur Faustine à ce propos : Tâche, ma fille, de faire à cette heure-là le chemin de croix, dans la mesure oů tes tâches te le permettent. Si tu ne peux pas faire le chemin de croix, entre au moins un moment dans la chapelle et vénère mon coeur plein de miséricorde, qui demeure dans le Très Saint Sacrement; et, si tu ne peux pas entrer dans la chapelle, plonge-toi dans la prière, là oů tu te trouves, ne serait-ce qu’ un tout petit instant  (P. J. 1572). Tout cela afin de s’unir à son agonie sur la croix. Quel est donc l’objet de la prière en cette Heure ? C’est le mystère de sa douloureuse Passion. C’est pourquoi notre prière doit remplir certaines conditions : il faut la faire à trois heures de l’après-midi : Chaque fois que tu entendras l’horloge sonner trois heures…, dit Jésus, elle doit s’adresser directement au Christ agonisant, et recourir aux mérites de sa Passion.

Il y a beaucoup de présentations incorrectes quand à la façon de pratiquer l’Heure de la Miséricorde : on peut en lire sur différents feuillets, livrets de dévotion, etc… ; elles prétendent qu’à trois heures de l’après-midi précises, on doit réciter tout de suite le Chapelet à la Miséricorde ; on dit aussi que ce Chapelet prié en cette heure aurait une force toute spéciale… Or, de telles indications ne sont pas conformes à la Dévotion à la Divine Miséricorde transmise par Soeur Faustine. La prière à l’heure de la mort du Christ, dite Heure de la Miséricorde est particulière, avec les promesses faites par Jésus et la manière de la célébrer. Jésus n’a pas demandé à Soeur Faustine de réciter le Chapelet à la Miséricorde Divine en cette heure. Nous pouvons le dire, bien sûr, à trois heures de l’après-midi ou à n’importe quel autre moment de la journée ou de la nuit. Cependant, il ne s’agit plus alors de la pratique de l’Heure de la Miséricorde, mais de la prière du Chapelet de la Miséricorde. Le Chapelet ne peut remplacer l’Heure de la Miséricorde, et réciproquement. Ce sont deux formes différentes de la Dévotion. Le Chapelet à la Miséricorde est adressé directement à Dieu le Père : Père Eternel, je T’offre…, tandis que la prière à l’Heure de la Miséricorde, à 15 heures s’adresse directement à Jésus agonisant sur la croix.

La pratique régulière de la prière à l’Heure de la Miséricorde nous unit davantage au Christ souffrant : nous méditons sa Passion et sa miséricorde infinie. Il devient par l           à plus proche de nous, notre Ami, à qui nous nous adressons par des prières de louanges, d’action de grâce et de suppliques, toujours par les mérites de sa Passsion. Il dépend de nous de choisir si nous voulons célébrer l’Heure de la Miséricorde à trois heures chaque après-midi ou de prier le Chapelet à la Miséricorde. La transmission et la pratique de la Dévotion à la Divine Miséricorde doit être bien expliquée afin de ne pas mélanger les deux pratiques de ce culte.

 

Origine de l’Heure de la Miséricorde. Comment la célébrer ? Les promesses

[Poursuivre la lecture ici]


Chapelet à la Miséricorde Divine

 LE CHAPELET A LA MISERICORDE DIVINE

(on récite les prières suivantes sur un chapelet ordinaire)

 

Au début:

Notre Père qui es aux cieux, que Ton Nom soit sanctifiė, que Ton Règne vienne, que Ta volontė soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensės, et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais dėlivre-nous du Mal. Amen.

Je Vous salue, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec Vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de Vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

Je crois en Dieu, le Père Tout-Puissant, Créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers. Le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père Tout-Puissant, d’où Il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Sur les gros grains une fois:

Père Eternel, je T’offre le Corps et le Sang, l’Ame et la Divinité de Ton Fils bien-aimé, notre Seigneur Jésus-Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier.

Sur les petits grains, 10 fois:

Par Sa douloureuse passion, sois miséricordieux pour nous et pour le monde entier.

Pour terminer, 3 fois:

Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Eternel, prends pitié de nous et du monde entier.
Imprimatur: Franciszek cardinal Macharski Cracovie, le 28 août 1998

Origine du Chapelet à la Miséricorde

[Poursuivre la lecture ici]